de 1964 à 1970

-----La mise en place de ces premières installations, le télésiège et les téléskis, me permirent de constater que cette initiative ne s'arrêterait pas uniquement à l'idée de construction, mais également au désir de chacun de participer concrètement à ces implantations. Et pour bien démontrer cette volonté de voir fonctionner ces remontées, je me rappelle, en ce jour de décembre 1963, avoir vu une paire de vaches, avec 80 cm de neige, traîner des poteaux électriques vers les jassettes, afin d'alimenter ce secteur en électricité. A cette époque-là, les moyens tels que nous les connaissons aujourd'hui n'existaient pas, et le seul engin moteur qui pouvait, et qui permit le transport des pylônes était le J.M.C. de Poudade (alias Pime), ce qui relevait déjà de l'exploit, et toujours de cet esprit de participation et de collaboration.

-----Je ne vais pas m'étendre davantage, quoiqu'il y aurait matière à raconter. C'est ainsi que le 4 janvier 1964, le Conseil Municipal après les premiers essais, envisage l'inauguration officielle de la station, et après en avoir délibéré, il décide pour donner à cette manifestation un éclat exceptionnel, d'inviter M. le Ministre Maurice Herzog, secrétaire d'Etat à la Jeunesse et aux Sports.

-----Mis en route au mois de janvier 1964, le télésiège des Jassettes était déjà une réussite, car elle permettait aux adeptes de ski de découvrir la fameuse piste rouge baptisée plus tard piste Mermet, avec le fameux mur qui la classait parmi une des pistes les plus compétitives des Pyrénées.
Mais très vite, il fallait aller plus haut, afin de parachever l'œuvre entreprise, et les pentes du Llaret demandaient à être équipées. Sans doute à cette époque, si le Maire et le Conseil Municipal croyaient dur comme fer en l'avenir de notre commune, personne ne prévoyait ce que la station des Angles allait devenir au cours de 18 années à venir. Qui aurait pu deviner les mutations économiques. et sociales qui allaient transformer le niveau de vie de cette région du Capcir, en développant massivement la pratique du ski et du tourisme en général. C'était en tout cas la bonne carte que jouait le Maire SAMSON Paul, suivi en cela par son Conseil Municipal et la population Angloise qui croyait maintenant en sa réussite.
Issu des élections du 21 mars 1965, le Conseil Municipal est composé «d'anciens}) réélus tels que SAMSON Paul, BLANC Barthélemy, RIVEILL Isidore, RIVEILL Paul, COMMES Jean, RIVEILL Joseph, VAOUE François, RIVEIL Gilles, auxquels viennent prêter main-forte LASSUS Michel, VERGES Joseph, BOUCABEILLE Marcel.

-----Dès la première année de ce mandat, les orientations importantes sont définies dans des domaines très divers: équipements complémentaires en remontées mécaniques sur le massif du Llaret, Roc d'Aude. Création d'une régie de recettes pour l'exploitation des remontées.

-----Le départ de la station étant amorcé, il fallut pour que se rentabilisent les installations essayer de fixer la clientèle sur place. Déjà la population locale le comprit et commencèrent à apparaître les premiers gîtes chez l'habitat. Le Conseil Municipal décide alors par délibération en date du 11/09/65 de créer le lotissement « Neige et Soleil ». Viennent ensuite la création d'un centre commercial « la Matte », etc ...

-----Avec ces réalisations, c'est une ère nouvelle qui s'ouvrait pour Les Angles, l'ère des temps modernes, qui allait profondément transformer l'économie de notre commune. Mais cela allait entraîner de lourdes dépenses dans le budget communal, les finances locales ne pouvant supporter de tels investissements. Le Maire, par délibération en date du 15 juin 1965, fait connaître à l'assemblée que pour combler le déficit du budget communal il est nécessaire qu'une partie des coupes affouagères soit vendue au profit de la commune. Le Conseil Municipal adopte, car il faut poursuivre l'œuvre entreprise malgré le sacrifice demandé à la population locale.

-----Mais la commune engagée sur la voie d'une rapide évolution, y a désormais dépassé le point de non retour. Il reste encore beaucoup de choses à faire pour que la commune des Angles justifie pleinement le nom de station de sport d'hiver et de tourisme qu'elle s'est donné. Mais n'anticipons pas trop, et les années de 1965 à 1969 seront des années de rodage de l'exploitation qui vient d'être entreprise.

-----1969, après de graves événements (mai 68). la France connaît des moments difficiles. Le redressement économique qu'elle entreprend, se solde par un blocage de crédits. Malgré cela, la fréquentation de plus en plus nombreuse de la clientèle incite la municipalité à créer une nouvelle remontée qui partira de la station et arrivera au Pla de Bigorre. Mise en place fin 1969 et en route début 1970, la télécabine des Pèlerins permettra l'exploitation du domaine skiable de Bigorre et San Père, ce qui permet à la station de doubler ses remontées et son potentiel ski.

-----Les importants équipements qui viennent d'être réalisés ne vont pas sans créer des problèmes nouveaux et difficiles à régler: financement des grosses dépenses engagées, déneigement des routes et rues communales, achat de matériel de déneigement et de damage, etc ... L'aménagement de la station oblige la municipalité, compte tenu de l'évolution favorable des réalisations immobilières, à améliorer le réseau du tout-à-I'égout, à construire une station d'épuration, à mettre en place l'éclairage public, etc ...

-----Tous ces efforts ne pouvaient passer inaperçus. Après avoir obtenu le coq d'argent régional, les Angles se voyait attribuer le premier Coq d'Or National des pays de montagne dans le cadre du concours « Village que j'aime ". Notre commune fut choisie parmi les 1.800 communes françaises ayant participé au concours, grâce à l'effort entrepris par son maire, SAMSON Paul, son Conseil Municipal et toute une population pour que vive cette commune. Les Angles se voyait remettre, en ce 6 juin 1970, le Coq d'Or; ce fut ce jour-là pour notre population un des plus beaux jours qu'aura vécu notre commune. De nombreuses personnalités assistaient à cette cérémonie, et je me rappelle encore l'émotion ressentie par tous au moment où M. Bonnet, préfet, remettait officiellement le Coq à M. le maire SAMSON Paul. Jamais ce petit village n'avait connu pareille gloire. Ah! ils étaient heureux ces Anglois, ils rayonnaient de bonheur, et ce n'était que justice, car c'est une victoire gagnée au prix de beaucoup de sacrifices, qui venait d'être remportée.

-----Sacrifices, ils en ont fait, sacrifices financiers et moraux, car avant la création de la station la population des Angles ne survivait que d'un peu d'agriculture et d'élevage; elle pouvait compter sur un revenu fixe annuellement, c'était l'attribution à chaque foyer d'une coupe de bois dans la forêt de la Matte. Cette coupe apportait en moyenne à chaque foyer un revenu d'environ 2000 F, ce qui, à cette époque, était très apprécié. Ces coupes furent supprimées aux foyers dès la création de la station, et le produit devait servir à rembourser en partie, les emprunts des remontées mécaniques. Cependant ce sacrifice n'aura pas été vain, car des emplois nouveaux sont créés, des gîtes et meublés sont également mis à la disposition de la clientèle, et les premiers revenus au sein des familles commencent à être récoltés.
-----Cette réussite permettra aux propriétaires de vendre quelques terrains, car la demande est de plus en plus nombreuse, ce qui donne une plus-value aux terrains situés en bordure du village. Cette réussite, si elle permettait d'envisager un avenir avec confiance, avait surtout pour but d'arrêter l'exode, car le tableau ci-joint vous permettra d'apprécier combien notre commune voyait sa population décroître.